Welcome Message
Bienvenue sur Sam Heughan France, votre unique source francophone sur l’acteur écossais Sam Heughan, connu pour le rôle de Jamie Fraser dans la série Outlander. Retrouver sur ce site toutes les dernières news de l’acteur, ainsi que ses projets, ses photos, ses interviews et bien d’autres choses encore! Bonne visite sur le site les Heuglighans!
Latest images
  Voir la galerie photo avec plus de 10'000 photos de Sam Heughan!

mars 26, 2021  1 comment Traductions
Andy Serkis et Sam Heughan de «Outlander» parlent de «SAS: Red Notice» et de franchises

Par Simon Thompson, le 16 Mars 2021. Traduction par Alexz pour Sam Heughan France.

Lorsque vous prenez un acteur de nombreuses franchises d’un milliard de dollars et la star d’une émission de télévision acclamée et extrêmement populaire, vous avez la recette du succès. Faites-les jouer dans une adaptation d’un roman à succès d’Andy McNab, et cela l’amène à un autre niveau.

Sam Heughan d’Outlander et le récompensé Andy Serkis, stars de SAS: Red Notice, basé sur le premier titre de la série Tom Buckingham. Heughan incarne le soldat d’élite Buckingham contraint à l’action lorsque des mercenaires détournent un train dans le tunnel sous la Manche.

J’ai rencontré Serkis et Heughan pour parler du film sur lequel est écrit le kickstarter de la franchise.

Simon Thompson: SAS: Red Notice est un film d’action moderne, mais il m’a rappelé certains des films d’action britanniques des années 1980, comme Who Dares Wins. Avez-vous compris cela?

Andy Serkis: En fait, quand j’ai lu le scénario, c’est précisément ce que j’ai ressenti. Il y a quelque chose de bien ancré dans ces films. Vous aviez l’impression de savoir où vous étiez avec eux, ce que j’ai vraiment aimé. SAS: Red Notice est un peu énervé, mais en même temps, cela semble familier dans le bon sens.

Sam Heughan: Je suppose qu’il a ce genre de sensation. Andy McNab est d’une génération particulière. Il a écrit le livre il y a plusieurs années, mais nous avons vraiment essayé de le rendre très contemporain. Une grande partie du paysage et du monde ont changé. Au début du film, vous voyez ces atrocités se produire, et un villageois l’enregistre sur son téléphone portable. Cela ne serait pas arrivé à l’époque. Je pense que cela penche davantage vers Bourne et Bond que les films d’action plus anciens, mais il y a des éléments.

Thompson: Étiez-vous déjà tous les deux fans de McNab?

Serkis: J’ai lu son autobiographie Bravo Two Zero il y a des années parce que, curieusement, je faisais des recherches pour un autre film, et le livre était très pertinent par rapport à ce que je faisais. C’est un super écrivain. Ce qui était incroyable, c’était aussi de pouvoir passer du temps avec lui sur ce film. C’est un être humain si extraordinaire. Son expérience et avoir traversé tout ce qu’il a fait, passant du statut de soldat régulier à son intégration au SAS. Ce que j’ai aimé dans ce rôle, c’est que c’est quelqu’un qui le représente vraiment. Clements, mon personnage, est vraiment une version d’Andy. Vous avez rarement l’occasion de vous asseoir avec quelqu’un comme Andy et de parler de la réalité de tout cela.

Thompson: Le fait de l’avoir disponible et impliqué dans la production vous a-t-il facilité la prise en main des choses?

Heughan: Tom Buckingham est un psychopathe. Je pense que c’est intéressant que le jeu soit assez étranger à Andy [McNab], qui est lui-même un psychopathe. En tant que personne empathique et utilisant ses émotions pour dépeindre des personnages, s’asseoir avec quelqu’un qui n’a pas cela, avoir cette fusion des deux côtés, était unique et rare. Il était toujours là et donner de bons conseils sur des choses pratiques ou si j’avais une question sur ce qu’un psychopathe ferait dans une situation particulière. Il m’a également donné une grande liberté d’exploration de Tom et de le jouer de la façon dont je voyais le personnage.

Serkis: Il y a un grand sens de la normalité chez Andy McNab, mais il a vécu une vie tellement extraordinaire. Si vous vous asseyez avec lui dans un pub, vous pensez qu’il était votre plombier ou plâtrier local. Il est très franc et de niveau, charmant et désarmant à la fois. Il est intéressant de penser que cet homme a fait les choses qu’il a faites et a vécu les expériences qu’il a vécues. En ce qui concerne mon personnage, nous avions nos propres idées et nous nous sommes rencontrés au milieu. Il est franc au sujet de sa psychopathie, et c’était très intéressant de collaborer avec lui. C’était une rencontre d’esprit, mais évidemment, il a pu me remplir la tête d’anecdotes et d’histoires, d’informations et de formations auxquelles je n’aurais pas pu accéder autrement.

Thompson: Il y a trois histoires de Tom Buckingham. L’avez-vous considéré comme une franchise potentielle?

Heughan: J’étais très conscient qu’il y a du potentiel avec ça. Connaissant cette histoire, ou ce premier épisode de Tom Buckingham, nous sommes vraiment au début de la découverte de sa psychologie. Ce n’est qu’à la fin du film qu’il réalise pourquoi il est tel qu’il est. Il a ce genre d’illumination. Je pense qu’il serait fascinant d’approfondir sa psychopathie et le fait qu’il a aussi des émotions. Espérons que si les gens regardent celui-ci et l’apprécient, nous pourrons en faire une franchise. J’ai beaucoup travaillé et très étroitement avec Andy McNab et la scénariste Laurence Malkin, et quand vous êtes tous assis autour de la table le soir pour dîner, vous ne pouvez pas vous empêcher de commencer à discuter de ce à quoi cela ressemblerait. Qu’est-il arrivé exactement à certains personnages par la suite. C’est un monde tellement riche, et Andy a tellement d’informations et de perspicacité sur les transactions néfastes ou obscures des militaires et des mercenaires. C’est fascinant.

Thompson: Andy, de Marvel aux films de la planète des Singes et du Seigneur des Anneaux, vous n’êtes pas étranger aux franchises à succès. À part Bond, l’industrie cinématographique britannique n’a pas de franchise cinématographique active importante. Est-ce que cela a du potentiel?

Serkis: Je n’avais pas du tout pensé à cela, mais c’est très vrai. Nous ne le faisons pas. J’ai fait plusieurs franchises, mais j’aime faire des films autonomes. Si le succès et d’autres choses en découlent, c’est encore mieux. Vous avez raison de dire que nous n’avons pas beaucoup de franchises. Il ne semble pas être dans notre ADN de les créer, certainement pas autant qu’aux États-Unis. Je pense que cela a du potentiel, c’est sûr.

Thompson: D’après votre expérience, quels sont les ingrédients clés d’une franchise lucrative?

Serkis: Ce sont les personnages. Il y a beaucoup de bons personnages dans cette œuvre et dans l’autre œuvre littéraire d’Andy que vous pourriez explorer et étudier de manière plus approfondie. Ce serait bien de passer du temps et de créer un univers autour de lui. C’est là que les franchises réussissent si bien, où il y a ces multiples couches à exploiter dans la conception du personnage.

Thompson: SAS: Red Notice n’a pas de budget à succès hollywoodien, mais il en fait beaucoup avec le budget. C’est une production britannique. Qu’en est-il de l’industrie cinématographique britannique qui lui permet de tourner des choses comme ça?

Serkis: Il y a une sorte de savoir-faire dans l’assemblage des choses. Dans le passé, nous n’avons pas été habitués au luxe des gros budgets de studio, nous avons donc adapté en conséquence. Vous mettez votre argent à l’écran autant que vous le pouvez. Il y a un véritable désir et une loyauté à faire cela. Les gens font un effort supplémentaire, tous les artisans que nous avons, et il y a énormément de fierté à réussir et à le faire. Il y a très peu de gaspillage dans les productions britanniques, qu’il s’agisse de films indépendants ou de films un peu plus gros comme celui-ci. Honnêtement, il y a quelque chose de très sain à ce sujet, et j’aime vraiment ce genre de cinéma où il faut épargner. Il y a une grande énergie, une grande ingéniosité et une grande satisfaction qui découlent d’être placés dans cette position. Vous pouvez avoir une grande ambition, vous pouvez avoir une grande vision, et si vous pouvez le faire dans les contraintes d’un budget plus petit, c’est incroyablement gratifiant.

Thompson: Sam, vous n’êtes pas étranger aux scènes d’action.

Heughan: Quand nous avons tourné SAS: Red Notice, je venais juste de tourner Bloodshot, qui était très chargé niveau action. J’avais fait un travail assez important avec des forces spéciales en Afrique du Sud, beaucoup d’entraînement tactique, puis il y avait aussi un travail avec Andy McNab. Nous avons fait beaucoup de cascades avec lui. J’ai fait moi-même la plupart des cascades dans Red Notice, en particulier la dernière séquence de combat avec Ruby. Elle est brillante, vient d’une grande expérience niveau action, et nous voulions tous les deux le rendre viscéral et en faire autant que nous le pouvions, mais nous avions une excellente équipe de cascadeurs en Hongrie pour faire les autres choses. Vous ne pouvez pas faire certaines choses, mais j’en ai fait pas mal au fil des ans. J’ai joué Batman et Bruce Wayne dans une tournée de spectacle pendant environ un an et je suis allé dans le monde entier. Nous avons utilisé beaucoup de câblage, et il y a eu beaucoup de combats là-dedans. Pendant plusieurs années, j’ai acquis toutes ces compétences différentes, mais il y a certaines choses qui me rendent nerveux, et je suis heureux que nous ayons ces excellents professionnels pour nous aider.

Thompson: Et, bien sûr, vous avez de l’action dans Outlander, qui a été renouvelé pour une septième saison. Seriez-vous prêt pour un film Outlander?

Heughan: Honnêtement, j’adorerais ça. Downton Abbey l’a fait, et c’est certainement quelque chose dont nous avons également discuté entre nous. Ce serait cool de faire un long métrage Outlander. On verra. Outlander est maintenant plus connu universellement parlant, et c’est formidable que les gens le reconnaissent et l’aiment. Le fait que nous entamions notre sixième saison maintenant et que nous soyons renouvelés pour une autre confirme qu’Outlander est assez populaire.

Thompson: Vous avez mentionné jouer Batman et Bruce Wayne de DC. Andy Serkis et une autre de vos co-stars, Hannah John-Kamen, sont tous deux apparus dans des films Marvel. Vous avez fait Bloodshot mais y a-t-il plus Comics d’action dans votre avenir?

Heughan: Et n’oubliez pas que Tom Hopper est dans The Umbrella Academy, donc il a ce genre de super-héros là aussi. On a l’impression que chaque acteur participe maintenant au truc des super-héros et doit revêtir une cape ou un masque à un moment donné, et je suppose que mon heure viendra. Je crois qu’ils pourraient bientôt chercher un nouveau Superman. Je pense que c’est une relation tellement intéressante que j’ai déjà eue avec ce personnage. J’aime aussi le fait que cette personne, ou plutôt cet extraterrestre, ne s’intègre pas. C’est un étranger. Ce serait cool de le regarder. J’ai auditionné pour ça plusieurs fois il y a longtemps quand Brandon Routh jouait Superman, donc je suppose que j’en ai été proche. J’y serais ouvert à coup sûr.





One comments to “Sam Heughan & Andy Serkis pour Forbes (Mars 2021)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Sam Heughan France is a non-profit site that is no way affiliated with Sam himself, her management, co-workers or family members. All images, video footage and other media are copyright to their respective owners, no copyright infringement is intended. This is merely a fan site run by a fan.
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Secured By miniOrange