samheughan-fr.com   |               
Latest Images
/photos  -  check out over +20,000 photos of Sam Heughan and still counting

Posted on février 15, 2021 / by Alexz / in Interview, Men in Kilts, Men's Journal, Traductions

Sam Heughan et Graham McTavish, stars d’Outlander, pensent que les kilts sont le brise-glace parfait

Par Charles Thorp. Traduction par Alexz pour Sam Heughan France

Les stars d’Outlander, Sam Heughan et Graham McTavish, veulent visiter l’Écosse avec vous. Vous ne pouvez pas vous enfermer dans un camping-car avec eux (même si c’est le road-trip de nos rêves), mais vous pouvez vous en approcher. À une époque où les voyages sont au point mort, les acteurs écossais offrent au monde une charmante introduction à leur pays d’origine (et à tout ce que la vie des Highlands a à offrir) avec Men in Kilts. Leur nouvelle série rend hommage à leurs costumes d’Outlander, mais ils aiment aussi le vêtement traditionnel.

«Je pense que tout le monde devrait porter un kilt au moins une fois», dit Heughan, qui est né dans les hautes terres du sud. Bien qu’ils ne soient pas exclusivement portés dans la série, les plis de laine apparaissent tout au long de leurs folles aventures : à vélo à travers des collines, ils participent aux danses écossaises et aux Highland Games comme le lancer du marteau. « Ils sont en fait très fonctionnels. » McTavish est d’accord. « C’est libérateur – et vous ne passez jamais une mauvaise soirée en kilt.« 

Men’s Journal s’est assis virtuellement avec Heughan et McTavish pour discuter du tournage de leur récit de voyage, de leur forme physique sur la route et, bien sûr, du whisky.

Men’s Journal: Vous avez couvert un sujet sérieux dans Men in Kilts. Quel a été votre lieu préféré pendant le tournage?
Sam Heughan: Outlander a vraiment aidé à orienter la direction de Men in Kilts et a contribué à la réalisation de la série. Pendant ce temps, j’ai rencontré de grands personnages et j’ai vu beaucoup d’endroits formidables que je voulais partager. Il est difficile de choisir un endroit préféré d’Outlander, car nous sommes allés dans tant de châteaux et de bâtiments anciens. Mais Kinloch Rannoch ( c’est là que nous avons le cercle de pierres dans la série destiné à reproduire le cercle mégalithique de Calanais ) est vraiment magnifique et magique. C’est aussi là que de grandes choses se produisent pour Jamie et Claire, comme le moment où elle se dirige vers le futur. Schiehallion est le nom de la montagne, qui signifie « La colline des fées des Calédoniens», et cela semble approprié parce que ça ressemble à un endroit vraiment spécial. Nous avons fini par visiter le cercle mégalithique de Calanais lors du tournage de Men in Kilts.

Graham McTavish: Pour moi, c’est probablement le château de Doune qui est le Château de Leoch dans la série. C’est là que nous avons commencé la série d’une certaine manière. C’est la maison de mon personnage, Dougal . Et parce que nous étions à l’intérieur de cet ancien château chargé d’histoire, cela a immédiatement influencé tout ce que nous avons fait. Toucher de vrais murs qui se tenaient là depuis le 15ème siècle a été extrêmement utile pour ce que nous filmions. J’ai de très bons souvenirs de ce château lorsque nous tournions la série.

Men’s Journal : Quels ont été les moments forts du tour d’ Écosse en camping-car?

Sam : Cette fourgonnette était en fait la deuxième. Nous avons tourné un pilote pour la série dans une fourgonnette que nous avons baptisée «The Sassenach», mais elle est tombée en panne, nous avons donc dû la remplacer par cette nouvelle version, qui, je l’avoue, était plus confortable. Nous l’avons décorée avec un tas de souvenirs pour que Graham se sente chez lui. Ce n’était pas forcément amusant à conduire. C’était plutôt lourd et volumineux, ce qui était particulièrement compliqué car les routes en Écosse peuvent être assez petites. Cela rendait l’expérience un peu terrifiante de temps en temps.

Graham: Oui. Nous étions sur des routes à voie unique, un peu étroites. Il était difficile pour nous de faire marche arrière dans la camionnette, voire impossible, sur certaines routes. Parfois, nous rencontrions un groupe de moutons obstinés ou d’autres automobilistes qui refusaient simplement de bouger jusqu’à ce que nous leur expliquions, laborieusement, que nous n’allions nulle part. Finalement, ils obtenaient le signe dont ils avaient besoin pour reculer ou se déplacer. Il y a eu quelques moments comme ça, mais tout cela faisait partie du plaisir. Le fait même que nous nous trouvions dans un camping car comme celui-là a créé cette atmosphère de spontanéité. Nous ne savions pas ce qui allait se passer ensuite. Je trouve également incroyable que nous ne soyons pas tombés en panne plus souvent.

Sam : Ou qu’on ait pas heurté quelque chose !

Men’s Journal : Vous êtes des gars plutôt physiques. Avez-vous fait des entraînements ensemble sur la route?
Sam: J’ai emporté deux ‘kettlebells’ avec moi et je faisais des entraînements le matin. Ils peuvent être le meilleur équipement à emporter sur la route. Je ne pense pas que notre chauffeur, qui nous conduisait un peu partout lorsque nous avions bu trop de whisky, les appréciait… Je les mettais dans mon sac à dos et chaque fois qu’il essayait de nous aider avec les sacs, il prenait des coups. Il a finalement appris à ne pas nous aider à porter nos sacs… Je me souviens avoir fait une séance d’entraînement un matin – et ma chambre était juste à côté de celle de Graham – et je pouvais l’entendre prendre le petit déjeuner, faire du café. Et j’étais là, au milieu d’une séance d’entraînement exténuante en pensant que j’avais tout fait de travers. J’aurais dû commencer la journée plus doucement.

Graham: Vraiment? Tant mieux pour toi! Je n’étais pas aussi discipliné que Sam. Je n’ai pas vraiment fait d’entraînement régulier et j’ai trouvé que la journée finissait par se transformer en une séance d’entraînement d’une manière ou d’une autre.

Sam: C’étaient des jours très physiques. La conduite peut beaucoup vous fatiguer, puis nous faisions du vélo dans la campagne, grimpions des collines ou nous nous baignions. Il y avait toujours beaucoup à faire .

Men’s Journal : L’un de vous est-il du matin? Comment avez-vous gardé l’énergie?

Graham: Eh bien, je dirais que Sam est une personne du matin, de l’après-midi et du soir. Je suis plutôt le genre de personne « juste avant d’aller au lit ». Cela a donc bien fonctionné car il a pu me garder motivé et inspiré tout au long de la journée. Parce qu’il ne fléchit jamais, il ne le fait vraiment pas, c’est extraordinaire. Il ne se plaint jamais, ce qui me fait me plaindre et je sens que je dois encore plus me plaindre.

Sam: Nous avions un emploi du temps serré. Il y avait une grande distance à parcourir. Je pense que nous avons attrapé cinq ferries différents pour effectuer ce voyage. La dernière étape a été particulièrement difficile: nous sommes allés d’Inverness à Édimbourg. Il est nécessaire d’avoir beaucoup de collations et une bonne compagnie pour survivre à ce genre de voyage.

Men’s Journal : Quel était l’un des endroits les plus éloignés où vous vous êtes rendu pendant la série?

Sam: L’île de Lewis est un peu difficile d’accès et il y a un long trajet en ferry pour vous y rendre. C’est très isolé et il n’y a pas d’arbres sur l’île, car les vents sont très forts. C’est une sorte de paysage lunaire. Il y a un cercle de pierres qui existe depuis des milliers d’années. Vous commencez à vous demander comment ils ont même pu y mettre ces pierres géantes. C’est un endroit assez fascinant.

Men’s Journal :Naturellement, vous buvez beaucoup de whisky pendant le voyage. Avez-vous attendu jusqu’à 17 h pour sortir les verres à whisky?
Graham: Sam aime en boire à tout moment de la journée.

Sam: C’est ce que j’allais répondre ! [Des rires]. Mais honnêtement, lorsqu’on boit du whisky en Écosse, il y a quelque chose qui fait que vous n’avez pas l’impression de boire au milieu de la journée. Ça ressemble à autre chose. Il y avait un certain nombre de distilleries que nous voulions visiter. Bien sûr, nous devions aller à Islay, car c’est en quelque sorte la maison du whisky fumé et c’est le produit auquel les gens associent le whisky écossais. Obtenir de la tourbe lors de notre voyage à la distillerie Laphroaig était spécial. Pour la nourriture, nous avons eu la chance que des chefs formidables nous invitent à leur rendre visite.

Graham: C’était tout simplement extraordinaire et la nourriture écossaise est vraiment spéciale. Sortir sur un bateau de pêche était particulièrement excitant pour moi – pour pêcher nos propres fruits de mer frais et les jeter directement sur le gril. Faire cela avec un chef formidable comme Tony Singh était vraiment spécial. Ce fut une belle journée à tous les niveaux.

Sam: Je fais encore des rêves à propos de ces fruits de mer. C’était délicieux.

Men’s Journal: Avez-vous caché un whisky particulier dans le camping car?

Sam: Nous avions une réserve constante à l’arrière du camping-car. Il existe un whisky qui convient à toutes les situations. Nous travaillons actuellement sur une nouvelle version de mon whisky The Sassenach qui sortira bientôt; il a été un peu retardé à cause du Brexit et du COVID-19. Nous espérons avoir quelque chose dans les prochains mois aux États-Unis.

Graham: Sam avait des flacons de whisky cachés partout sur lui. C’est incroyable où il peut les cacher. Je ne savais pas qu’il en portait la moitié du temps.

Sam: J’ai des flacons spécialement conçus pour moi qui s’adaptent de manière ergonomique à mon corps. Il y en a toujours un d’urgence que j’ai très bien caché.

Men’s Journal : Maintenant que Men in Kilts sort, avez-vous envie de plus?

Graham: [Rires]. J’adorerais faire plus. Je pense que nous le voulons tous les deux.

Sam: Nous avons à peine effleuré la surface de l’Écosse, mais nous avons également discuté du reste du monde. Il y a tellement de liens écossais avec différents pays comme l’Amérique, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pour n’en nommer que quelques-uns. Ce sont tous des endroits où je pourrais nous voir faire du tandem. Autrement dit, si Graham peut pédaler aussi loin.

Men’s Journal : Emmenez-vous vos kilts à l’étranger avec vous?

Graham: Oh ouais.

Sam: Absolument. Nous devons. C’est le brise-glace parfait, non?





2 comments to “Men’s Journal (Février 2021)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Sam Heughan France is a non-profit site that is no way affiliated with Sam himself, her management, co-workers or family members. All images, video footage and other media are copyright to their respective owners, no copyright infringement is intended. This is merely a fan site run by a fan. This site is non-profit, and is in no way trying to infringe on the copyrights or businesses of any of the entities. All content posted up on this site is used under the Fair Use Copyright Law 107. If something belongs to you, please email us before taking any legal action and we will give you credit or remove it straight away.
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Secured By miniOrange